La libre disposition des fruits du travail

Notre syndicat réclame que chacun puisse disposer librement du fruit de son travail.

Actuellement, cette libre disposition est entravée par :
  • les prélèvements obligatoires, qui représentent plus de 43% de la richesse produite par les Français ;
  • les monopoles ou quasi-monopoles publics qui subsistent dans de nombreux secteurs d'activité (RATP, SNCF, La Poste, l'Education Nationale, ...), restreignent les choix des consommateurs et poussent les prix à la hausse ;
  • toutes autres entraves au libre marché : loi Lang sur le prix du livre, numérus clausus empêchant l'accès à diverses formations, droits de douane, entraves au libre marché immobilier (expropriations, droit de préemption, taxe sur les logements vacants, fixation autoritaire du COS, limitation autoritaire des zones constructibles, protection abusive des locataires mauvais payeurs au détriment des propriétaires spoliés, réglementation relative à l'habitat social,...).
En ayant accès au libre marché dans tous les domaines de la vie économique, les Français feraient baisser les prix, par le simple jeu de la concurrence. Ils pourraient, de plus cesser de payer des services qui ne les intéressent pas pour consacrer la totalité de leurs revenus à des biens et services correspondant à leurs besoins réels. Ainsi, leur pouvoir d'achat progresserait sensiblement. Songeons aux gâchis incroyables générés par la collectivisation de pans entiers de notre économie (santé, comme on a pu le constater à l'occasion de la vaccination contre la grippe A H1N1, éducation nationale, transports publics, etc.).